LE CINÉ DE MANU : 10 FILMS D'AVENTURE INDISPENSABLES (Part. 1)


Dans le désordre, sans tambour ni trompette, une petite liste de mes plaisirs d’Aventures.

Vus, revus, et toujours dans ma mémoire. Contestables, mais personnels.

Un exercice pas facile mais spontané... Ce sont les dix titres qui me sont venus à l’esprit en premier.



LA PROIE NUE

Cornel Wilde (1965)

Si vous aimez les hommes presque nus…

Basé sur le même roman que Le Jugement des Flèches de Samuel Fuller. Un homme en pagne doit franchir tous les obstacles d’une nature aride et sauvage. On a vraiment pas envie d’être à la place du svelte Cornel Wilde (également acteur du film – c’est à la base son métier) et on reste fasciné par l’accumulation de dangers et l’instinct de survie qui lui permet d’avancer, encore et toujours.








LES AVENTURES DU CAPITAINE WYATT

Raoul Walsh (1951)

Pour ceux qui aiment porter la robe (séminole…)



Gary Cooper a toujours eu la classe (américaine). Et cette odyssée d’une petite brigade de rangers à travers les marais de Floride, poursuivis par des séminoles enragés, qui se confondent avec la nature luxuriante des Everglades, en font un immense plaisir.

Mon rêve : un remake !










LES 7 SAMOURAÏS

Akira Kurosawa (1954)

Pour rappeler les bons codes de conduite.



La matrice du film d’aventures ultime. Et la démonstration parfaite du cinéma comme art universel. On ne compte plus les gamins qui se sont dit : "Quoi ? Un film de 3H avec des Japonais en noir et blanc ??", et sont ressortis du film des étoiles plein les yeux. Un film qui ne vieillira jamais.










LE DERNIER DES MOHICANS

Michael Mann (1992)

C'est un peu nous, ça…


Derrière chaque arbre il y a… un Huron qui se cache. C’est le tour de force que réussit Michael Mann : créer une angoisse à chaque plan de forêt, d’où peuvent surgir des hordes d’indiens déchaînés. Un peu comme Walsh avec Les Aventures du capitaine Wyatt en fait. Les moyens techniques d’aujourd’hui et le lyrisme de Mann en plus.










LES VIKINGS

Richard Fleischer (1958)

Spécial dédicace à Brigitte Bardot…



Il ne peut y avoir de liste de films d’aventures sans un film avec Kirk Douglas. Et Kirk en viking, et rapidement borgne, ça vaut le coup d’œil. Surtout emmitouflé dans ses fourrures avec toujours ce rire à glacer les sangs, qui pourrait déclencher les flammes de l’enfer en un clin d’œil. Quant à Richard Fleischer... Un réalisateur trop longtemps sous-estimé.










SORCERER

William Friedkin (1977)

All-time favorite.



Un de mes films préférés. Un film d’aventures métaphysique sur le destin et la fatalité. Des acteurs exceptionnels, une mise en scène au sommet. De mon point de vue plus fort que L’Exorciste. Un film à voir avant de regarder les autres. All time top 10.











LE 13ÈME GUERRIER

John McTiernan (1999)

A ceux qui ont peur des étrangers…



Bon alors, une fois accepté Banderas en cheikh, et sous réserve que vous y arriviez, et bien ça devient très fort. Non, McTiernan n’est pas que l’homme de Piège de cristal. Et puis il y a les Wendolls, terrifiantes créatures, qui pourraient être sorties de Cannibal Holocaust. Bref, film hybride mais à découvrir d’urgence si pas déjà fait.









LES CHASSES DU COMTE ZAROFF

E. B. Schoedsack & I.Pichel (1932)

Seuls les bons méchants portent la moustache (fine)



Souvenir d’enfance. Tourné dans les décors de King Kong (je ne l’ai évidemment su que plus tard). Un des plus beaux méchants de l’histoire du cinéma. A rapprocher aussi du Jugement des Flèches. Vous comprendrez pourquoi. De la brume, des clébards vicieux, un château bien gothique, la robe de Faye Wray bien déchirée, un serviteur sadique. Tout est là. En 1932.







LE SEIGNEUR DES ANNEAUX 1


Peter Jackson (2001)

A celles / ceux qui rêvent de se faire passer la bague au doigt.


Le moins numérique de la trilogie, pensé et conçu comme un western, avec une poursuite proche de Rivière sans retour. Les Orques sont une création exceptionnelle, proches des Wendolls de McTiernan. Virtuose et âpre, ce 1er opus est définitivement celui qui me restera. Le reste est trop numérique pour moi. Hey Pete, lâche un peu tous ces effets, tu vaux tellement mieux que ça !






LES DENTS DE LA MER

Steven Spielberg (1975)

Oubliez l’océan. Optez pour la Méditerrannée.


Une séquence d’ouverture magistrale, une des plus terrifiantes de l’histoire du cinéma. Un trauma d’enfance comme beaucoup de gens de ma génération qui ne se sont plus jamais baignés sans un minimum d’appréhension. Et cette discussion sur l’USS Alabama entre les 3 protagonistes projette l’imagination du spectateur vers un sommet de terreur. Sans en voir une image.






1 commentaire